Quelques initiatives concrètes pour lutter contre le déclin des abeilles

Le monde apicole subit aujourd’hui une grande épreuve. Le déclin des abeilles est un sujet déjà vulgarisé, et beaucoup d’actions ont déjà été entreprises jusqu’à maintenant. Pour l’heure, nous allons nous pencher sur l’une d’entre elles. Il se trouve qu’un réalisateur a décidé de faire de cette histoire d’abeilles un film pour toucher un plus large public.

Pollen, un film hors du commun

Le film « POLLEN » a été conçu pour rendre concret le grand amour entre l’animal et le végétal. Cet amour, aussi petit soit elle permet à l’humanité de survivre et de se nourrir depuis toujours. Malgré son côté documentaire scientifique, informatif et éducatif, le film fait ressortir l’aspect artistique du sujet. Ce film nous emmène au cœur des forêts du Panama ou du Mexique.

Le réalisateur a été entouré d’une fine équipe de scientifique qui a pu permettre à ce film de raconter la réalité non perçue par l’être humain ordinaire. Le scientifique Stephen Buchmann, Professeur d’entomologie à l’Université d’Arizona et Chercheur à l’Arizona-Sonora Desert Museum est notamment le directeur de recherche.

Objectif du film

Le film a pour principal but d’informer le public du grand problème qui survient dans le monde apicole, et de sensibiliser tout le monde à agir car ce problème ne doit pas être de la responsabilité des seuls apiculteurs. La mise en évidence de la dégradation de la flore y est également soulignée en faisant une comparaison visuelle entre aujourd’hui et quelques années passées. Il permet également de faire comprendre que le déclin des abeilles est un signe grave d’un grand problème environnemental futur.

La naissance du projet

Autre initiative qui date maintenant de quelques années : avant le film, un livre sur le sujet a déjà vu le jour dans les années 1996. Il s’intitule « The forgotten Pollinators ». Ce livre est écrit pour inciter à la protection des pollinisateurs ainsi qu’à aider à la recherche et à l’information. Ce film en est la suite logique.

Sommes-nous concernés ?

La disparition des colonies des abeilles peut s’avérer être dramatique pour l’environnement, mais surtout pour les êtres humains. Le phénomène de pollinisation a un impact direct et indirect sur les nourritures que nous consommons. Certes, les végétaux comme le blé, le maïs ou le riz n’ont pas besoin d’agent pollinisateur pour être produits, mais la biodiversité serait lourdement affectée.

Cela impactera fortement sur la santé humaine également. Certes, nous ne mourrons pas de faim, mais nous serons en manque de nutriments et de vitamines que l’on ne peut trouver que chez certains fruits et légumes. Grâce à ces produits, les êtres humains peuvent également jouir des fibres ainsi que divers médicaments.

Les actions individuelles

Pour contribuer à cette réforme, nous pouvons protéger les agents pollinisateurs en changeant nos méthodes en agriculture. Il est indispensable d’utiliser par exemple les divers pesticides de façon réfléchie, intelligente et modérée.

Vous pouvez également vous lancer dans l’apiculture en amateur (ce kit apiculteur est idéal pour bien commencer) et contribuer à la sauvegarde des abeilles en les élevant.

Il faut également apprendre à avoir l’habitude de pulvériser les insecticides la nuit pour éviter de nuire aux pollinisateurs. Pour les faire prospérer, il faut également penser à faire pousser de bonnes plantes et contribuer à améliorer la biodiversité. Aménager un petit jardin individuel est peut-être banal à première vue, mais ce petit geste apporte beaucoup à l’environnement.