Bioéthanol : une source d’énergie écologique dans une certaine mesure

L’éthanol, c’est de l’alcool. Il forme une catégorie de biocarburant, également baptisé agrocarburant. Pourquoi « bio » ? Tout simplement parce qu’il est produit à partir de produits agricoles. Il s’agit plus précisément des céréales, dont le blé et surtout le maïs. Le bioéthanol peut également être obtenu à partir de betterave à sucre ainsi que de la canne à sucre et du manioc. On l’utilise pour faire fonctionner les réchauds de cuisson en cuisine, mais surtout, pour alimenter les moteurs à essence. Pour l’heure, aucun autre biocarburant n’a réussi à surpasser la popularité de l’éthanol.

Médiatisation par les sites internet

Les experts en énergies renouvelables devraient envisager la création de sites internet pour mieux expliquer les tenants et aboutissants de cette énergie plus ou moins renouvelable. Surtout, ils devraient indiquer les limites à ne pas franchir pour que ce qui a été une solution écologique ne se transforme en cauchemar environnemental. Mais quelles sont au juste les avantages du bioéthanol ou de l’éthanol ?

Bye bye l’essence

Oui, c’est l’avantage principal de l’éthanol ! Il se substitue à merveille à l’essence. On peut également utiliser ces deux carburants en complémentarité. En France et à diverse proportion, l’éthanol est ajouté dans les carburants à l’essence qui suivent : SP95, SP98, SP95-E10, Superéthanol E85. C’est le SP95-E10, plus couramment désigné par E10 qui est la formule la plus écologique. Elle représente le carburant vert par excellence. En effet, la généralisation de l’utilisation de l’E10 va contribuer à la diminution des émissions de gaz à effet de serre. Autre preuve de son efficacité écologique, l’Europe impose désormais un taux d’incorporation d’éthanol dans les carburants destinés aux moteurs à essence. Enfin, il faut avouer que le prix du bioéthanol est moins élevé que celui de l’essence.

L’or noir plus polluant que l’agrocarburant

L’essence vient du pétrole. Or, le pétrole est reconnu pour les effets néfastes de son exploitation sur l’environnement. La production inconsidérée de l’éthanol risque d’entraîner la déforestation. Mais les ravages supposés sont de moindre envergure que ceux, réels, du pétrole. Ce dernier contamine incontestablement les océans lorsqu’il y est déversé suite à un accident (marée noire). Pour ne citer que cette catastrophe écologique.