Construire et isoler écologique, une tendance qui s’affirme

La réduction des dépenses domestiques en énergie fossile et la limitation de l’incidence néfaste sur l’environnement sont désormais deux aspirations très fortes souhaitées par une partie de nos concitoyens responsables, en recherche de sens pour eux-même et les futures générations. De plus en plus de consommateurs sont en alerte à la fois pour diminuer leurs factures de chauffage, et pour réduire simultanément les émissions de gaz à effet de serre par des choix justes en matière de construction ou l’extension de leurs habitats ou encore la rénovation des existants.

Les données de bases pour bâtir une habitation à basse ou à très basse consommation d’énergie tout en protégeant l’environnement de proximité et aussi la planète sont le plus souvent l’apanage des professionnels architectes et entrepreneurs de maisons écologiques bioclimatiques.

Ces éléments sont listés ici comme support de travail afin de nourrir la réflexion et les investigations des néophytes pour se diriger ensuite vers un concepteur qui pourra accompagner leur projet de construction et le mettre en œuvre.

Il s’agit de proposer une pratique vertueuse et environnementale permettant de rester en conformité avec les intentions de départ tout en validant des choix techniques pertinents à toutes les étapes du chantier et plus tard du cycle de vie du bâtiment en ayant conscience de la répercussion de ses choix sur l’environnement, lors de la conception, de la réalisation, à l’achèvement, pour l’adaptation et au moment de la déconstruction du bien immobilier.

 

Comment construire écologique et économique.

Le descriptif succint proposé est fondé sur des principes de prescription conçus avec des matériaux et des équipements manufacturés industriellement à grande échelle et commercialisés sur le marché, permettant de retrouver tous ces principes pour tout type d’usage et pour le plus grand nombre de projets écologiques.

 

Les fondations sont en béton, en partie précontraint. La structure des maisons écologiques peut être constituée de bois massif ou de panneaux bois pré-construits et pré-isolés fabriqués en usine, de constructions maçonnées en brique monomur en briques de terre cuite, ou en béton cellulaire.

 

S’il s’agit d’une maison à ossature bois, les murs extérieurs de l’ossature reçoivent une isolation écologique en fibre de bois ou de chanvre ou de lin, ou encore des fibres de coton recyclé ou de la ouate de cellulose et la façade peut être constituée de bardages bois ou d’ardoises ou de lames industrielles composites issues du recyclage. La charpente est en bois, pour l’isolation des combles , l’idéal serait d’utiliser l’isolant en cellulose, en laine de bois, en laine de mouton ou des panneaux de plumes d’oiseaux. Les planchers des étages intermédiaires sont construits en bois massif et des panneaux OSB ou DFP, puis isolés avec de la ouate de cellulose soufflée. Les huisseries sont en bois avec un triple ou double vitrage isolant. Les protections solaires orientables, pour couper la lumière solaire, sont motorisés ou non, pour agir sur l’orientation des lames de volets à clairevoie afin de maitriser les apports solaires et de s’isoler de la chaleur directe du soleil selon les expositions des façades et le besoin de lumière selon l’usage de la pièce et de l’activité humaine qui y est consacrée. Les murs et les sols sont recouverts de revêtements exempts de composés oraganiques volatils (les C.O.V.) . La peinture bio ou écologique est préférée aux peintures chimiques à base de pétrole.

 

le Chauffage et le froid en éco-construction

La maison peut être équipée de pompe à chaleur géothermique ou de pompe à chaleur à air et de planchers chauffants. La ventilation double flux fonctionne par échange de chaleur entre l’air sortant et l’air entrant. L’énergie électrique est fournie en partie par les panneaux solaires photovoltaïques. Les points lumineux sont à basse luminance. L’eau sanitaire est chauffée par des panneaux solaires thermiques placés en toiture pour la production de l’eau chaude nécessaire. Les laves mains et lavabos WC et éviers peuvent être alimentés en double commande et les lavabos et douches sont équipées de systèmes à débits réduits. L’eau du toit est récupérée dans des réservoirs enterrées.