L’acquisition d’un bien immobilier soucieux de l’environnement

Aujourd’hui, l’intérêt d’acquérir un bien immobilier soucieux de l’environnement et de la préservation de la planète pour les générations futures, est bien compris de tous et s’avère primordial lors de l’achat. En effet, outre la responsabilisation du futur acquéreur pour l’écologie, les économies engendrées par les travaux de mise aux normes concernant la réduction de consommation d’énergie sont conséquentes. Il faut savoir que le secteur de l’immobilier est en partie responsable de la pollution atmosphérique. En effet, ce dernier, en étant le premier consommateur d’énergie en France, est le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre. Il est donc indispensable que les biens immobiliers bénéficient de matériaux écologiques et de travaux visant à réduire leur consommation d’énergie pour pallier à ces consommations.

Les biens neufs devraient tous avoir une consommation inférieure à 50 KW/m2 alors qu’elle était en 2012, selon les experts du secteur immobilier, de 250 KW/m2 par an. Les pouvoirs publics ont tiré la sonnette d’alarme depuis le Protocole de Kyoto en 2004, et les États se sont engagés à réduire leur émission de gaz à effet de serre. Différentes incitations fiscales ont été envisagées pour soulager les futurs acheteurs, dont le prêt à taux zéro renforcé ou l’éco-prêt à taux zéro. Tous deux destinés à financer, à moindres frais, des travaux d’aménagement. Ceux-ci visent à rendre le bien plus écologique et moins consommateur d’énergie, en étant ainsi plus en conformité avec les normes environnementales. Un seuil de «performance énergétique global» devrait être atteint grâce à ces mesures fiscales qui financent des travaux de mise aux normes, ce qui réduirait d’autant plus la pollution sur l’environnement.

De même, le Livret de développement Durable ou LDD, qui a remplacé le CODEVI l’ancien livret d’épargne, est destiné à financer ces différents prêts accordés aux acheteurs de maison ou d’appartement. Cette somme ainsi épargnée de 1,2 milliards d’€, permet aux banques traditionnelles d’octroyer des prêts écologiques plus avantageux que les prêts dits classiques. L’avantage est donc double pour le particulier, qui peut ainsi financer ses travaux à moindres coûts et bénéficier d’avantages fiscaux, et réduire en même temps les effets néfastes sur l’environnement.

Le «bouquet de travaux» envisagé comprend : l’emploi de matériaux recyclables pendant les travaux, l’utilisation de produits naturels et bio (peinture, colle sans solvant, …), l’utilisation de sources d’énergie renouvelable comme les panneaux solaires et photovoltaïques, l’énergie éolienne, l’emploi de double vitrage pour éviter la déperdition d’énergie et de chaleur, l’utilisation d’ampoules basse consommation, la géothermie pour se chauffer par le sol, le chauffe-eau solaire …

Tous ces gestes quotidiens qui visent à économiser l’énergie et à améliorer l’indice de performance énergétique global sont autant de bénéfices apportés à l’écologie. Différentes normes environnementales se sont imposées au fil du temps, dont la plupart ont un logo affiché. Pour un achat immobilier, la plus importante est la norme HQE pour «Haute Qualité Environnementale».

Il est dans l’intérêt commun de tous d’être un éco-citoyen, non seulement pour réduire ses factures d’électricité, de gaz, et d’eau, mais aussi en étant conscient que la préservation de notre environnement est un enjeu majeur et mondial. Un achat immobilier est donc l’objet d’une mûre réflexion, et le seul prix du bien envisagé n’est pas à prendre en compte, il convient aussi d’envisager toute une politique de gestion écologique afin d’assurer un impact bénéfique sur le développement durable et l’environnement.